"J'ai choisi de vivre heureux parce que c'est bon pour la santé."

Voltaire


"Le plus fort n'est pas celui qui arrive le premier ; c'est celui qui profite le plus de ce qu'il fait."

Kilian Jornet



08 novembre 2017

Balades d'octobre

Les jours raccourcissent, les arbres commencent à changer de couleurs. On est en octobre. Pour autant, cette année, nous sommes plutôt gâtés (d'un point de vue cycliste et non hydrologue...) côté météo.

Une balade sur le sud-est de Toulouse m'a permis, une fois encore, d'aller rendre hommage à Monsieur Riquet, créateur du Canal du Midi. Je dis souvent "Mon" canal mais en fait, c'est le sien. Pas jaloux.


C'est arrivé que ça me donne des idées pour moins que ça...

Visite à la famille Ingalls...

♫♪ Au pied de mon arbre (et sur mon vélo...), je vivais heureux ♪♫

Pour certains, c'est du cyclo-cross, pour d'autres, il s'agit de gravel. Perso, je ne rentre pas dans des débats qui n'ont pas lieu d'être. Je fais du vélo et puisqu'il le permet, je roule aussi dans les chemins et la forêt. Et j'aime ça. 

Et comme la Forêt de Bouconne aurait pu s'appeler Gravelland, avec Chris, on profite des chemins secs pour s'y balader. What else ?



Distributeur anti-fringale...

Il vaut mieux poser à côté des pommes plutôt que de tomber dedans...

 Paf le piaf !

Promenons nous dans les bois...

Bord de Garonne en CaadX

Et une fois de plus, on n'a pas pu résister et il a fallu qu'on aille pédaler du côté de la mer. Ciel couvert mais températures encore agréables ce week-end là, contrairement à la ville rose.
Face à la mer...





Le lendemain, le soleil est de sortie mais le thermomètre a oublié de remonter pendant la nuit.


Abbaye de Fontfroide



Balade dans la fraîcheur matinale avec Guillaume et Patrick. On n'est pas bien, là ?

Lacs et bord de Garonne...



Copain du matin...

Dernière Balade Nocturne de l'année, dans Toulouse avec Jean-Claude.
Ça reprendra fin mars 2018...



Balade VTT du côté de Muret et de Eaunes, au sud de Toulouse, avec Julien et Fréd.


Pour l'occasion, Julien amène tout le dispositif vidéo en sa possession: drone et autres caméras embarquées.


Et du coup, on a droit à une magnifique vidéo:


Le lendemain matin, on reste dans le coin, décidés à profiter du changement d'heure.


Premier lever de soleil de l'heure d'hiver...




Comme nous avions beaucoup aimé nos balades estivales du côté de Limogne en Quercy et Saint Cirq Lapopie, nous y retournons à l'occasion de la Toussaint. Là, c'est du VTT mais même pour la route, ça pourrait également le faire...







Et je déborde un peu sur novembre car nous avons également participé au Vert Luisant, rando nocturne dans la Forêt de Bouconne. La particularité de cette rando, c'est de se faire au road book; point de fléchage... 
Alain (Drain Color), prévoyant, nous fournit les combis et les t-shirts. Pour une fois, le terrain est totalement sec et on n'a même pas l'occasion de se salir autant que les autres années.
Romain, Joël et Alain se sont donc joints à nous. Et Guillaume nous a prêté une bonne partie de l'éclairage, digne de ce nom... Merci encore !

Les "Z'y voient rien" au départ...

Et pour finir, une magnifique photo faite par Guillaume (Matos Vélo).
Rouler avec d'autres vélos, c'est sympa aussi et là, ça lui a permis de prendre le vélo en action.

Novembre est déjà bien lancé et on attaque une ultime ligne droite.
A suivre...

Je rappelle, une fois n'est pas coutumes, que quoiqu'il arrive, n'oubliez pas de vous faire plaisir.

#UnitedBicyles #Cannondale #CaadX #MatosVélo

05 octobre 2017

A la mer à vélo...

Vous pouvez vous rasseoir de suite, il ne s'agit pas, cette fois-ci, d'un de mes délires pseudo marins-cyclistes.

Là, je veux vous parler d'un vrai défi, d'une aventure noble, belle, forte.

Dans le cadre de l'opération "Octobre rose" (lutte contre le cancer du sein), l'Association 4S (Sport Santé Solidarité Savoie) de Chambéry propose, à des femmes touchées par cette merde de maladie, de rejoindre la mer à vélo. 
En 2015, elles avaient rallié, depuis Chambéry, les Saintes Maries de la Mer. L'année suivante, elles ont suivi la Loire pour faire Orléans - Saint Nazaire. C'est d'ailleurs ce dernier périple, raconté dans le n°11 de "200", qui m'avait ému au point d'en voir les yeux plus qu'embués.

Cycliste ou pas, en soin, en rémission, guéries, elles étaient toutes unies pour la même cause et dans un seul but, endiguer ce putain de crabe par l'activité physique. Les preuves sont là, ça fonctionne.

Et cette année, via la page Facebook de "Elles font du vélo", qu'est-ce que je m'aperçois-je ? Leur odyssée part de Marmande (Lot et Garonne) pour rejoindre Gruissan (Aude) en passant successivement par le Canal latéral à la Garonne (au nord de Toulouse), puis par le Canal du Midi (entre Toulouse et la Méditerranée). "Mon" canal ! Et elles passent devant la maison !

Ni une ni deux, je les contacte, toujours sur Facebook, sur la page "A la mer à vélo". Je veux (rien que ça...) faire un bout de chemin avec elles. Obligé. 
C'est Eve qui me répond assez rapidement pour me dire que j'ai l'aval de Christine, la co-présidente de 4S. Il leur arrive aussi de dire non quand des clubs les sollicitent car de grands groupes sont plus difficiles à manœuvrer, à sécuriser. D'autant que les filles ne sont pas toutes de cyclistes à la base et les stresser en peloton n'est pas le but. Je suis trop content de pouvoir être de la partie.
Une des infirmières (à la retraite) qui les accompagne, avec qui je discute en route, m'avoue qu'une année, elle a fait 13000km. Solange, quant à elle, a acheté son vélo (à assistance électrique) au printemps. Elle n'avait jamais fait de vélo auparavant. Génial.

L'étape qui passe donc devant chez moi fait 71km. Elles partent de Moissac à 8h15, mangent à Saint Jory (non, chez moi, c'était trop petit) et arrivent à Toulouse dans l'après-midi.
En partant à leur rencontre, je suis sûr de les trouver en route. Pour autant, je mets un point d'honneur à être au rendez-vous au départ, à 50km de la maison.

Je décolle donc à 6h15, dans la nuit noire et humide. Il ne fait pas froid mais par endroits, le brouillard fait le mariole.
 


A cette heure-ci, les ragondins sont encore couchés et ce n'est pas plus mal car "ragondin du matin, chagrin". Je ne croise que 2 lapins, avant Montech.

Le départ est à l'ancien Carmel, en haut d'une côte à 14%. Ils auraient pu prévenir.
J'y retrouve ma marraine du jour, Eve, ainsi que Christine et les 25 autres filles du groupe. Il y a aussi des garçons qui sont là pour assurer un minimum de logistique, d'encadrement, de dépannage. Yvon, Nicolas, etc...


Je suis accueilli avec plein de sourire et parfois, de petits yeux. C'est la 3ème étape...
Tamara est également venue pour un bout de chemin. Elle joue quasiment à domicile mais devra rentrer plus tôt.



C'est parti !
On traverse le magnifique Pont-Canal de Moissac, œuvre qui permet au canal d’enjamber le Tarn, quelques dizaines de mètres en contrebas. Trop beau.



Le groupe avance tranquillement, dans la bonne humeur. L'ambiance est vraiment chaleureuse. Je discute un "peu" avec tout le monde; on ne se refait pas...



Cathy a la mauvaise idée de crever 2 fois de suite avant la pause méridienne. On laisse partir le groupe et on répare. Pour le retour, je fais découvrir à Cathy, une assistance (non électrique) dont j'ai le secret. Elle se vantera auprès de ses copines que je ne l'ai pas poussée que dans le dos mais que nenni, c'est à cet endroit que c'est quand même le plus simple. Et le plus courtois. Selon ses dires, c'est la première fois qu'elle dépassait le 35km/h sur le plat. Nicolas se cale derrière avec son VTT et profite de l'abri. Si on peut aider, c'est toujours avec plaisir. 

Les casquettes "elles font du vélo"





Ayant pris un peu de retard, on va (s')essuyer une averse de dingue juste avant de s'arrêter manger. Dommage. Moi qui leur répétait qu'il faisait toujours beau ici, j'ai perdu de ma crédibilité.

[Rencontre du 4ème type:
A ce moment du récit, je me dois de faire une "petite" parenthèse incroyable.
Dans les accompagnants, il y a Nicolas. En discutant, on refait une partie du monde qu'il a parcouru à vélo. Il me parle technique, aventure, écomobilité. Le garçon est imprégné de belle manière, c'est cool. Au fur à mesure de la discussion, filtrent des indices. Il me dit que 2 de ses frères ont la société Smoove. Basée près de Montpellier qu'ils équipent en "vélib", ils ont également le marché à Marrakech et viennent de décrocher celui de Paris. Rien que ça. Et notamment à un procédé anti-vol, développé par un 3ème frère. Quelle famille !
Et là, il me dit que cet inventeur de frère est déjà auteur d'une multitude de brevets et qu'il bosse chez Mavic. Je le regarde et lui dit : "ton nom de famille, ça ne serait pas Mercat ?" Il me regarde étonné et me répond par l'affirmative. Incroyable ! Je viens de rencontrer un des frères du plus grand génie de l'invention vélocipédique (prends ça, tu l'as mérité !), Jean-Pierre Mercat !
Je ne refais pas un article dessus (pas aujourd'hui...), je vous laisse aller dans les archives de mon blog, ici : Rendons à César... 

  
Après le repas, Nicolas pousse même le vice jusqu'à appeler son frère en direct et me le passe. Séquence émotion.
Et toute la famille Mercat ayant lu l'article consacré à Jean-Pierre, autant dire le contact est facile.
Ceci clôt la parenthèse même si je ne m'en suis pas encore remis.]

Profitant de la pause à quelques encablures de la maison et trempé jusqu'à l'os, j'en ai profité pour me changer. Trop de confort.
Par "inadvertance", j'ai mis mon maillot M&M's. Astrid passe son après-midi (ou presque) à confondre les Pokémons et les M&M's. 85kg de M&M's, pas sûr que ça soit digeste...

Nous reprenons alors notre balade vers la ville rose (ça tombe bien...) avec des rayons de soleil qui réchauffent rapidement.
 




Lucia, la photographe attitrée

Aux Ponts-Jumeaux, nous retrouvons des associations locales qui les accompagneront jusqu'à la Maison du Vélo.
                                                         Bouquet de roses

Pas forcément intéressé pour traverser la ville dans les 2 sens, je les abandonne ici, ému mais heureux d'avoir pu partager cette formidable journée.

Pour autant, notre aventure commune ne s'arrête pas là. En effet, le lendemain matin, je dois me rendre chez ma cousine Céline, près de Villefranche de Lauragais. Les calculs sont vite faits. Je contacte Eve, qui me donne rendez-vous à 9h à la Maison du Vélo. Cool.

La pluie de la veille a remis du brouillard sur le canal mais qu'importe, on a du soleil plein la tête.



Je fais une quinzaine de kilomètres avec la troupe, avant de l'abandonner. J'accélère l'allure car d'après mes calculs, si je ne traine pas trop, j'aurai même la chance de pouvoir les croiser au retour.

Je ne sors pas l'appareil photo au moment de notre rencontre. Je profite davantage en tapant dans des mains, en voyant tous ces sourires qui en disent plus que tout.

La vie est belle, elles le savent. Elles en connaissent la vraie valeur. D'où elles (re)viennent,  tout ce qui est devant est beau. Et c'est pour ça qu'elles se battent, qu'elles pédalent et que dans quelques jours, elles atteindront la mer. Parce qu'elles le veulent.

Ces 2 jours, j'ai pensé à juste titre, à cette chanson de Daniel Balavoine qui disait :
"Celui qui se vante de supporter le mal, est beaucoup moins fort que celui qui s'en sort..."

Merci les filles !
Bonne (longue) route !

Maintenant, vous pouvez vous relever et les applaudir.
 

#alameravelo #ellesfontduvelo #octobrerose