"J'ai choisi de vivre heureux parce que c'est bon pour la santé."

Voltaire


"Le plus fort n'est pas celui qui arrive le premier ; c'est celui qui profite le plus de ce qu'il fait."

Kilian Jornet



28 janvier 2016

Objectifs 2016

Je n'ai pas forcément besoin d'objectifs pour faire du vélo.
Pourtant, chaque année depuis mon arrêt des compétitions, je me fixe plutôt des envies, des défis, changeant un peu mes habitudes.

Pour 2016, je m'y suis pris un peu plus tôt que d'habitude pour m'organiser.

BORDEAUX-PORTO

Le premier défi sera un défi fait en groupe. A l'initiative du projet, David Moncoutié. En 2015, il avait déjà organisé un Paris-Malaga (2330km) en 10 jours... Je les avais accompagnés lors d'une étape mais la distance moyenne quotidienne m'avait refroidi pour faire la totalité, n'étant pas sûr d'y trouver le plaisir escompté.

Cette année, la distance a été revue à la baisse. 1550km en 9 jours, reliant Bordeaux à... Porto. "Facile".
Pourtant, à faire un raid à base d'alcools, j'avais proposé Bordeaux-Cognac, faisable dans la journée ;-)
Les habitués, Gilles, Abdel, Bruno, Vincent et bien évidemment, David seront du voyage. Pascal et moi, nouveaux conviés, les accompagneront. 

En revanche, vis à vis de mes congés, je ne ferai pas les 2 premières étapes, me contentant de partir de San Sebastian, au Pays Basque. Il me restera donc 1236km, soit 176km de moyenne par jour. Et un dénivelé positif total de 15960m. 


Joli sur le papier, le passage par le Pays Basque, le nord de l'Espagne, les Asturies et enfin, le Portugal, ce parcours est assez piégeux. Piégeux par le vent dominant qui se veut contraire et, malgré un départ fin mai, des risques de pluie. Comme dit régulièrement David: "C'est l'aventure..."
Malgré tout, l'aventure sera quand même moins hasardeuse que celle de 2015. En effet, Véro et Sophie, nous assisterons en camping-car. Portant les affaires et prévoyant les ravitos, il est évident que ça enlève une sacrée épine du pneu quant à la logistique.
Affaire à suivre...

EXTREME RIDE BIKE 11

Trois semaines après mon voyage ibérique, une autre forme de défi m'attend.
L'Extrême Ride Bike 11, n'est ni plus ni moins, que le tour du département de l'Aude, sans jamais en franchir les limites administratives. Plutôt sympa, non ?


Bon, après, c'est vrai que cet ERB11 de 675km pour 7300m de D+, a une "petite" particularité non négligeable.
Le départ est donné à 21h, le vendredi 24 juin et, pour être classé, il faut avoir fini le dimanche 26 juin, avant 13h. 40h pour parcourir ce département joliment surnommé, à juste titre de par ses paysages aux multiples facettes, la petite France.
Au delà de 13h, les cyclistes seront classés "hors délais". Peu importe le temps mis car je pense que finir ce genre de défi est déjà un bel objectif, quel qu’en soit la durée.
Bien qu'en autonomie complète, au moins pour cette première édition, il y aura possibilité d'assistance. Et ça m'arrange un "peu" car j'ai passé l'âge de dormir dans les fossés, ne serait-ce que quelques heures. Là encore, mon assistante de charme, jouera le rôle de mon ange gardien, toujours en camping-car (on y a vite pris goût). What else ?

Bon, voilà de quoi m'occuper une partie de la saison et de l'esprit.
Bien évidemment, il y aura d'autres sorties, plus raisonnables, sur route, à VTT mais quelque soit le vélo utilisé, quelque soit le terrain parcouru, je ferai tout, une fois de plus, pour que le plaisir soit au top. 

Des volontaires pour venir faire un bout de chemin avec moi ?
Vous savez où me trouver...


09 janvier 2016

Noël au balcon

D'aller pédaler au bord de la mer faisait partie des bonnes habitudes de fin d'année. Pour autant, ça faisait quelques temps que nous n'avions pas pris le temps d'y reposer nos pneus.

C'est sur une bonne idée de Dario à la base (et qui, finalement, ne fera pas partie du voyage mais ce n'est que partie remise), que nous nous retrouvons à l'aube du 30 décembre, à la maison.
L'avenir appartiendrait à ceux qui se lèvent tôt...

Direction l’Étang de Bages avec Véro, Joël, Teddy et Jean-Claude.
Arrivés sur place, force est de constater que la température est agréable malgré un léger voile nuageux.

Jean-Denis habite Fitou. Il connait le terrain comme sa (grande) poche. 
Son blog (https://velopapet.wordpress.com) fait part de ses escapades quasi-quotidiennes. Un régal.
Malheureusement retenu ailleurs pour raisons médicales ce jour-là (que la Force soit avec lui !), il n'est pas des nôtres. 
Malgré tout, c'est lui qui nous a tracé ce joli circuit touristique dans la campagne audoise. Merci encore. On reviendra pour rouler avec toi dès que possible...

GPS branché, nous voilà partis !
  
Avec Véro, on connait un peu ce coin. Nous y sommes passés début novembre. C'est toujours aussi joli mais un peu plus frais que la dernière fois, à cause du vent qui se lève.



Nous contournons l'Etang du Doul, près de Peyriac.
Là, sont posés quelques pélicans...

Le terrain est roulant. Jean-Denis a l'habitude d'y passer avec son "gravel". Nos VTT sont bien trop suspendus. Pas grave. Balade de fin d'année tranquille, on fait feu de tout bois.
Près de Sigean, on s'aperçoit vite que tous les animaux sauvages ne sont pas enfermés...

Allô truche ?

Direction Port la Nouvelle. Franchement, le chemin qui y mène est bien plus beau que la ville elle-même. Nous ne nous y attardons pas.
On rejoint alors le Canal de la Robine, prolongement sud du Canal du Midi.



Au bout de la ligne droite dans laquelle le vent nous pousse, et pousse enfin les nuages.


 Danny MacAskill n'a qu'à bien se tenir...

Nous arrivons à l'Ile de Sainte Lucie. Pause pique nique. 

On redécolle en longeant à nouveau le Canal de la Robine. Il est là, juste en dessous, séparé de l’Étang de Bages par la piste cyclable. Au loin, c'est Gruissan.
Nous roulons de l'autre côté, dans des chemins un peu plus caillouteux. 

Par dessus l'étang, soudain j'ai vu, passer les flamants roses (hommage)...

Certes, le dénivelé ne fait pas mal aux jambes. A la limite, il fait mal au c.. 
Quand c'est tout plat, on ne change pas trop sa position et il faut un peu d'habitude.

Pour autant, le paysage est magnifique. Magique. Le sentiment d'être ailleurs, coupé du monde, avec la mer d'une part, la montagne d'autre part, une faune différente et une météo qui donne envie de rouler tous les jours (oui, je sais mais là, c'est différent...).
Faites le voyage, je vous promets que vous ne le regretterez pas.



Merci encore à Jean Denis pour ce parcours enchanteur. On reviendra.

01 janvier 2016

Vœux 2016


Que votre santé soit toujours assez bonne pour rouler tant que vous le souhaitez...
Que vous ayez plein de temps pour pédaler autant que vous le pouvez...
Et même si l'argent ne fait pas le bonheur (il parait), que vous en ayez toujours assez pour avoir entre les mains, le matériel de vos rêves...

Bonne route, bon chemin, bonnes balades, bonnes aventures, à toutes et tous !

29 décembre 2015

Bilan comptable

Il parait que quand on aime, on ne compte pas. Il parait.
Pour autant, quand arrive la fin de l'année, je regarde derrière et en faisant les totaux, je me dis "Ah oui, quand même !"

En fait, ces addi(c)tions servent surtout à constater une chose; je prends vraiment le temps de vivre avec/par le vélo.

Rapidement, en chiffres, j'ai parcouru un peu plus de 13800km, soit 200 de moins que l'année dernière. En revanche, j'ai une quinzaine d'heures de plus (environ 560...) car j'ai beaucoup plus de sorties VTT. La vitesse moyenne dans les chemins étant inférieure à celle sur le goudron, ceci explique cela.

Quoi qu'il en soit, du plaisir au quotidien, partout, par tous les temps.
Vous avez été nombreux (et de plus en plus) à suivre mes périples ici, voici en quelques photos choisies, mon année 2015, même s'il reste encore 2 jours...



























Et c'est pas fini !

15 novembre 2015

Été indien...

... vaut mieux que deux "tu l'auras" !

Pas sûr que le climat se réchauffe mais ce n'est pas grave. Ce qui est sympa, ce sont les belles journées que l'on peut avoir en automne.
Cette année encore, c'est le cas. Et si la vallée de la Garonne a la mauvaise habitude de nous amener le brouillard, il n'y a pas besoin d'aller bien loin pour rouler les bras et les jambes à l'air...

Pont du 11 novembre accepté, nous partons poser nos crampons vers la Méditerranée. On s'habitue vite au camping-car.

Le premier jour, c'est autour du Lac du Salagou que nous roulons. A l'intérieur des terres au dessus de Béziers, on n'échappe pas à une légère brume. 
La terre rouge est encore humide, suite aux fortes pluies de la semaine précédente. Pas grave. Le terrain est joli et ludique, on se régale.

Malgré certaines techniques très personnelles, on se mouille quand même un peu les pieds dans certains passages à gué.

Comme à notre (mauvaise) habitude à chaque fois que l'on contourne un lac, une erreur de parcours nous fait emprunter un sentier pédestre où il y a du portage à effectuer. Là encore, on retrouve une des rares limites du VTT à assistance électrique: le poids.
I'm the king of the world ! (rien que ça...)

Le soir, on file vers le sud et on s'arrête à Narbonne. Avec la belle sortie de la veille, on se pose un peu et on attend la fin de l'après-midi pour rallier Gruissan via le Canal de la Robine. Ce canal est le prolongement sud du Canal du Midi vers Leucate.
C'est aussi beau que calme et les conditions météo sont au top.

L'arrivée sur Gruissan est un peu magique. L'ultime chemin se trouvant entre un canal et l'étang de Gruissan. Trop beau.

On quitte Gruissan au coucher du soleil.

En même temps, aucun risque car nous n'avons pas de route à prendre sur les 16km qui nous attendent. J'ai quand même emmenés les gilets fluo et une frontale mais nous ne les utilisons pas. Ça passe. Juste, mais ça passe.

La prochaine étape, c'est Peyriac de Mer, sur l'étang de Bages.
Là encore, le soleil est de mise. Le parcours est enchanteur.

Le ciel est aussi bleu que l'étang et que la mer, visible au loin.
On continue à descendre vers le sud. Trop ?


En fait, nous longeons la limite nord de la Réserve africaine de Sigean. De se retrouver mufle à cintre avec ces animaux au détour d'un chemin, est plutôt sympa.

Une fois l'Afrique tangentée, nous remontons vers le nord.
Même si ce n'est pas le premier dimanche du mois, j'en profite pour faire une petite toilette...

Toujours plus vers le nord, nous escaladons une dernière petite colline et nous nous arrivons au dessus de Bages. La vue est splendide.

Après avoir traversé quelques bancs de flamands-rose (malheureusement, trop loin pour avoir des photos dignes de ce nom), nous retournons à Peyriac.
Enchantés par le décor, nous ne pouvons nous empêcher de prolonger le plaisir en refaisant une boucle autour de l’Étang de Doul.

Après ces 4 jours passés au soleil, le retour sur Toulouse, toujours dans le brouillard, est difficile.
Pour autant, je relativise car nous sommes en novembre et comme le veut une de mes maximes : "En novembre, repose toi les membres."

C'est donc la trêve (la mienne) mais il se peut que je fasse quelques exceptions à la règle car outre mon VTT Orbea (Occam TR H10 29 pour les connaisseurs) tout neuf, c'est un joli Supersix qui est arrivé la semaine dernière.
Et il va falloir essayer ça le plus vite possible... Demain ?