"J'ai choisi de vivre heureux parce que c'est bon pour la santé."

Voltaire


"Le plus fort n'est pas celui qui arrive le premier ; c'est celui qui profite le plus de ce qu'il fait."

Kilian Jornet



25 mai 2012

Tout est bon dans le Vallon !

Un peu comme dans le cochon, finalement.

Une fois encore, toutes les conditions étaient réunies pour réussir mon escapade aveyronnaise, lors de la Randorallye de Nauviale. Même si la météo semblait encore capricieuse la veille avec, notamment, de la pluie et des chutes de grêles (!), c'est un ciel radieux et un beau soleil qui nous ont accueilli.

Nous, car cette année, nous sommes venus en force. Guillaume, Joël, Régis, David, Mathieu, Jean-Claude et moi sommes de la partie. Belle brochette.

Depuis aussi loin que je me souvienne, on m'a toujours dit, vis à vis d'une épreuve dont le départ se fait le matin, que c'était le repas de la veille qui était important. Qu'à cela ne tienne...
Vendredi soir, ce sera repas "officiel" pour être sûr de ne manquer de rien le lendemain. Terrine de pâté, saucisse à l'huile, salade (on fait tous des erreurs...) puis porc grillé au feu de bois ou magret, plateau de fromages, dessert. Le tout arrosé de Marcillac. Pas d'erreurs.

Nous (Régis, Joël, Guillaume et moi) avons loué un gîte à Marcillac. David nous y retrouve de bon matin afin de parcourir les 7km qui nous séparent de Nauviale, à vélo. Ça permet d'être chaud dès le départ et de pouvoir partir à fond. Mais non, je déconne !

Mathieu et Jean-Claude nous attendent aux inscriptions. La Dream Team est au complet.
L'ambiance est toujours formidable et chaleureuse. La faute aux organisateurs, certainement... Ce qui est assez pénible d'ailleurs car on a beau revenir chaque année, on ne se lasse pas.
"Tu t'es vu quand t'as pas bu ?"

Les chemins ne sont pas aussi gras (un peu quand même) que ce que la météo aurait pu le permettre. Tant mieux. Toutefois, je fais quand même remarquer à Mathieu que les socquettes blanches (au départ...), ce n'est pas la meilleure idée. Tant pis, il s'en resservira l'année prochaine.

Une fois encore, bonne humeur, ravitaillements généreux, musiciens, chemins engageants, tous les ingrédients sont là pour que la fête soit réussie.

"Arrête de faire l'âne !"

Pour la 3ème année consécutive, je remporte le "sprint" pour l'arrivée au buffet des crêpes. C'est quand même un signe...

Joël a un peu trop chargé sa crêpe avec la confiture maison et n'est pas habitué à gaspiller. Il a bien raison.
Après l'arrivée, passage au stand lavage puis retour, "tranquille" (David, tu fais ch... ! Tu sais qu'il ne m'en faut pas beaucoup) jusqu'au gîte. 

"Boue" ! 
Même pas peur ! 

En revanche, cette année, "petite" variante. Après la douche et la bière (c'est un minimum), nous retournons à Nauviale (en voiture, cette fois-ci) pour les festivités dinatoires.
L'apéro, en musique, se finira sous une pluie battante (merci les tentes !) qui ne s'arrêtera pas de la nuit. La pluie, pas l'apéro, on est bien d'accord. Quoique, pas pour tout le monde...

Une édition 2012 réussie, à l'image des précédentes.
En fait, je crois que c'est ça : Plus je viens à Nauviale, plus j'aime ça...

Vivement 2013 !

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Félicitation pour ton compte rendu! Toi aussi, tout comme les années précédentes tu fait de mieux en mieux!!
Merci et bravo à toi!!
J Claude

MICH a dit…

Merci Sylvain pour ton super résumé
On espère que l'année prochaine on pourra boire l'apéro sans se soucier du mauvais temps
Et puis on vous prépare quelques nouveautés pour l'édition 2013 mais pour l'instant top secret

A plaisir de se revoir avec ton équipe

Sylvain Dengreville a dit…

Je résume car il ne sera jamais possible d'écrire tout ce que l'on peut vivre à la Randorallye. Une fois encore, la seule solution pour savoir, c'est d'y aller.

Quand on pense qu'il y en a encore qui ne connaissent pas ;-)