"J'ai choisi de vivre heureux parce que c'est bon pour la santé."

Voltaire


"Le plus fort n'est pas celui qui arrive le premier ; c'est celui qui profite le plus de ce qu'il fait."

Kilian Jornet



22 mai 2008

Comme si ça ne suffisait pas...

Bonne nouvelle, mon dos va mieux. La dernière infiltration a fait son effet (en plus du reste) et je pense que pour cette fois, ça devrait aller.
Le rhumato ne m'ayant interdit que le VTT, je continue donc à rouler (tranquillement) sur la route.
Hier mercredi, jour d'entraînement de "mes" minimes, je décidais de rallonger un peu avec Mathieu (junior).

le "pack" des minimes

Nous voilà donc partis faire un petit tour du côté de Vacquiers et Montjoire (un jour, vous aurez droit au profil de l'étape...) pour finir cette belle journée ensoleillée. En rentrant, entre Montberon et Pechbonnieu, ça circule pas mal le soir. Le trottoir sert aussi de piste cyclable et pour discuter avec Mathieu, je lui dis de rester sur la route et que moi, je vais monter sur la piste. Et là, malgré les 6726 fois (hors taxes) où j'ai sauté un trottoir sans difficulté, je ne sais pas pourquoi, mais je n'ai pas levé la roue avant assez haut... Elle est retombée dans le caniveau et comme j'étais déjà en extension pour passer la roue arrière, j'ai eu l'occasion, quelques instants, de me prendre pour Superman! Quelques instants seulement...

comme Sylvain...

Les bras tendus vers l'avant, je me suis littérallement écrasé sur le trottoir, les mains prises en sandwich entre le goudron et ma cage thoracique... Ça pique!
Je passe sur les détails du retour à la maison en vélo et sur l'acheminement aux urgences avec Arthur (qui me doit encore une "assistance rapatriement urgences" mais je ne suis pas pressé ;-)) mais le résultat est là: fracture d'une côte, côté gauche...
Rien aux mains, rien ailleurs, vélo intact (bien que ce soit secondaire), je me dis que finalement, je m'en sors plutôt bien car la tête en avant, même avec le casque, c'est fragile.

Alors une fois encore, c'est dans les côtes que j'ai mal et que c'est certain, les côtes, ce n'est pas mon truc!

Arrêté une dizaine de jours, je vais donc suivre la fin du Giro devant la télé en attendant de pouvoir remonter sur mon fidèle destrier qui gratte déjà à la porte pour sortir!


7 commentaires:

Stéphanie a dit…

Hum, ton vélo semble bien mal éduqué !! Il faudrait lui dire de ne pas traiter de la sorte celui qui s'occupe de lui ... il va mal finir !!

Sylvain a dit…

oui mais qui s'occupe de qui? Le vélo de moi ou moi du vélo?
Là est la question...

stéphanie a dit…

Voyons qui lui donne sa dose d'huile quotidienne ?? Toi.
Qui le lave ? Toi.
Qui le protège des voleurs ? Ton garage, donc toi.
Qui lui change ses roues ou ses patins quand il faut ?? Toi
Je continue ?
Donc je crois que tu t'occupes de ton vélo.
En échange, il devrait faire des efforts et essayer de lever seul sa roue arrière ...

Sylvain a dit…

Disons que nous sommes complémentaires. Je pédale et lui, avance...
Il me permet de me balader avec les copains et de voir de jolis paysages...
Il m'a permis de visiter plein d'endroits, de rencontrer plein de monde et ça, l'un sans l'autre, ça n'aurait pas été possible.
Une grande histoire d'amour en quelque sorte, alors on se pardonne les erreurs de chacun sans rancune.
On prend soin l'un de l'autre même si parfois, il y a des petits soucis de balistique... ;-)

Coyote.......encore jeune ! a dit…

On ne peut pas Zêtre et avoir été.......

Sylvain a dit…

Si on peut... J'en connais qui étaient cons et qui le sont toujours... ;-)

Anonyme a dit…

et le trottoir? Il n'a rien au moins?