"J'ai choisi de vivre heureux parce que c'est bon pour la santé."

Voltaire



21 octobre 2013

6 sur 5

Plus d'un mois sans nouvelles ; tout fout le camp ! Désolé, Ro.
Et pourtant, il s'en est passé des choses.

Tout d'abord, il y a eu une balade au bord du Canal du Midi. Je ne m'en lasse pas.

Même si ce n'est pas l'endroit le plus approprié pour un VTT comme le mien, pédaler sur ces chemins est vraiment sympathique. Si vous n'y êtes jamais allés, faites-le, je vous jure que vous ne l'oublierez pas.

Quelques temps plus tard, c'est du côté de la Clape (massif montagneux entre Narbonne et Narbonne-Plage) que je suis allé poser mes crampons. 

Là aussi, il s'agit d'un endroit magnifique. On voit la mer et le Canigou (culminant à 2786m) en permanence, ça sent le thym et le romarin, un vrai régal. Bon, évidemment, si on n'aime pas les cailloux, c'est un peu plus délicat...
♫ Dos à la mer... ♫

Et là, je vous promets que le 29 pouces (taille des roues), ça change radicalement la perception du terrain. Ça passe partout. Ou presque.

Hormis ça, je chasse un "peu" les KOM (via Strava) autour de chez moi sur mon nouvel avion de chasse (voir article précédent).

Mais ça, c'était avant le drame.
Il y a une dizaine de jours, en voulant montrer à un client qu'une tige de selle télescopique ne s'enfonce pas quand on appuie dessus... Normalement, c'est avec les fesses mais là, j'ai préféré lui montrer en posant mes mains et en faisant poids avec ma cage thoracique. Le "crac" qui a suivi ne venait pas de la tige de selle. Le client était assez embêté...
Malheureusement (mal) habitué à cette douleur (pour la 5ème fois en 5 ans), j'ai compris qu'une côte avait cédé. 
En bon rouleur que je suis, ce n'est pas la première fois qu'une côte me fait mal mais j'aime autant quand on n'est pas obligé de faire une radio pour constater que finalement, il y a deux victimes...
Ma beauté intérieure...

Repos forcé donc en prenant mon mal en patience. 
Une grosse semaine seulement car ce ne sont que les pointes des côtes flottantes et finalement, en pédalant, ça ne fait pas si mal que ça. Sauf si j'utilise mes 3 poumons (dont celui dédié à la parole) ou quand je cherche à être aérodynamique...
Alors tant pis pour les KOM, le plaisir de pédaler est plus fort que la douleur. Il suffit d'être raisonnable (d'être quoi ?).

A la prise de sang, on constatera quand même que je manque de vitamine D. Pas assez au soleil ? Ça m'étonnerait vu le temps que je passe dehors. Juste que je ne dois pas bien la fixer. Fait pas bon vieillir.
Une petite cure devrait remédier à ce petit problème. Et comme a dit la remplaçante de mon docteur : "Vous prenez une ampoule tous les 15 jours pendant 3 semaines..." Je vais quand même recompter !

Et puis, je ne pouvais pas arrêter ma saison là-dessus. J'avais 9975km au compteur (depuis le 1er décembre) et l'objectif des 10000 annuels (compteur arrêté au 31 octobre) n'était pas assez loin. Entre hier et aujourd'hui, c'est chose faite.

Aujourd'hui, j'ai installé l'éclairage sur mon CAADX et dès mercredi, je reprends les trajets domicile/boulot puisque la météo a l'air aussi optimiste que moi. A 10 jours de la clôture des comptes, ça va le faire !


7 commentaires:

fred-xxs a dit…

Merde !

Je te souhaite un bon rétablissement . prends soin de toi .
fred-xxs (Merville)

Anonyme a dit…

Qu'elle idée d'y laisser 2 côtes.
Tu avais peur de la crevaison pour ne pas utiliser l'arrière train pourtant si largement dimensionné?!
Top 3 des accidents de travail.
Encore une performance signée Spartacus
Ro

Sylvain Dengreville a dit…

Merci beaucoup.
Ça devrait quand même revenir vite vu que je repédale déjà un "peu". Même si ça pique ;-)

Sylvain Dengreville a dit…

Ro, pas trop l'intention de tenter la plus haute marche ;-)

Anonyme a dit…

les côtes, les marches, ... t'aimes pas quand ça monte!
faudrait faire un effort quand même

Anonyme a dit…

Ro bien sur pour le commentaire précédent et largement déplaisant

Sylvain Dengreville a dit…

Concernant les marches, je n'ai jamais rien eu contre. J'ai même "quelques" podiums qui le prouvent. En revanche, le podium des accidents de travail, ça ne m'intéresse pas.

Je ne dis pas que je n'aime pas monter. Voir pour exemple la traversée des Pyrénées en 2012. Ce qui me gênait, c'est quand je courais ; les autres ne m'attendaient jamais...